ÉQUIPE

Chercheuse principale

M_Larocque

Marie Larocque est professeure d'hydrologie et d'hydrogéologie depuis 2000 au département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l'UQAM. La Professeure Larocque mène depuis plus de dix ans des projets de recherche visant une meilleure connaissance des interactions entre l’eau et les écosystèmes, et s’intéresse tout particulièrement à la dynamique hydrologique des milieux humides, et aux connexions entre différents types de milieux naturels et les eaux souterraines. La recharge et l’émergence des eaux souterraines sont au cœur de ses préoccupations; les tourbières, les milieux humides riverains, et les milieux humides temporaires font partie de ses objets d'étude. Elle s'intéresse aux conditions hydrologiques actuelles de ces milieux, de même qu'aux conditions futures dans lesquelles interviennent les pressions anthropiques (utilisation du territoire) et les changements climatiques. Ses outils d'étude incluent les travaux de terrain et de laboratoire pour décrire le milieu, le suivi à long terme et l'analyse des variables hydrologiques, ainsi que la modélisation mathématique.

Marie Larocque possède également une très bonne expérience des aquifères régionaux du sud du Québec, ayant été responsable de trois projets de caractérisation des eaux souterraines dans les zones de gestion intégrée de Bécancour, de Nicolet, du bas Saint-François et de Vaudreuil-Soulanges. Cofondatrice du Réseau québécois sur les eaux souterraines (RQES), elle a à cœur de mobiliser les connaissances pour le profit commun de la communauté scientifique et des utilisateurs.


Collaboratrices

M_Garneau
S_Pellerin

Michelle Garneau est professeure au département de géographie et chercheure régulière au Centre GEOTOP (UQAM) en plus d’être chercheure associée au Centre d’études nordiques de l’Université Laval. Depuis son intégration au milieu académique en 2001, elle a eu une contribution significative à l’avancement des connaissances dans le domaine de la capacité des tourbières nordiques à séquestrer le carbone en mettant les processus en lien avec les variations du climat.

Stéphanie Pellerin est botaniste au Jardin Botanique de Montréal et professeure associée au département de sciences biologiques de l'Université de Montréal depuis 2004. Ses projets de recherche visent à comprendre l’influence des perturbations anthropiques et naturelles de même que l’impact des changements climatiques sur la dynamique végétale et sur la biodiversité des milieux humides.  Par ailleurs, elle supervise différents projets en matière de conservation des plantes rares du Québec.


Employé

S_Gagné_employé

Étudiants

Actuels

MA_Bourgault
J_Harris_2
JF_Dandurand_Temp
M_Roux
S_Lavoie-Lavallée

Étudiants

Anciens

S_Broda
S_Rafini
O_Ferland
M_Saby
F_Turgeon
M_Ferlatte
M_Needelman
K_Avard
MA_Bourgault_M_Sc
G_Meyzonnat
F_Lamraoui
S_Gagné_MSc
L_Tremblay
V_Fournier
S_Trépanier
É_Rosa
MC_Pharand